Trou Noir Metal (Verschlimmbessern)

by Edremerion

/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.

      €1 EUR  or more

     

1.
02:19
2.
07:17
3.
4.
03:31

about

Composé entre Octobre 2011 et Octobre 2014, enregistré en Novembre 2014, mixé et masterisé en Avril 2015 par Déhà (Eye of Solitude, We All Die Laughing, Deviant Messiah, Yhdarl ...).

credits

released May 20, 2015

R : guitares, basse
N : batterie
PEB : voix

Enregistrement : C.M.
Mixage et mastering : Déhà
Artwork : André Zetlaoui

tags

license

all rights reserved

about

Edremerion Lille, France

contact / help

Contact Edremerion

Streaming and
Download help

Track Name: Trou Noir
Je suis la sonde à la dérive
Un voyageur dans le silence
Un contemplateur du vide.
Mes capteurs, sans défaillance,
Depuis des centaines d'années
Enregistrent, condamnés
La stellaire invraisemblance.

Passivement amarré à ma géodésique
Immobile sur une sinistre trajectoire
J'entame mon voyage pégasique
Vers l'intérieur du trou noir.
L'horizon s'approche, et bientôt
Je ne suis plus qu'un rouge memento
Pour le monde extérieur,
Fantôme parti vers l'ailleurs.

Je poursuis plus avant ma chute
Dans le noir de l'étoile
Et observe l'immémoriale
Lumière emprisonnée
Qui gémit et retombe endeuillée
De la mort d'un soleil sans but.

L'espace inexorable s'écoulant,
J'aperçois au centre un point singulier
Ses doigts minuscules pinçant
Le tissu de l'espace-temps chiffonné
En déchirent les fils arithmétiques,
Entraînant avec eux ma nef électronique.

Mes circuits s'étirent en spirale
Je ne suis plus qu'un long filament
Déchiré par le trou qui m'avale
Vers un horizon plus blanc.
Track Name: Mort de Froid
Allongé sur la banquise
L'explorateur expire
Il fait jour, pourtant si froid
Je suis seul et j'ai peur

J'ai pourchassé
L'apex magnétique
Aucun homme jamais
N'a marché dans mes pas
Affronté le monstre
Blanc et stérile
Et foulé sa peau
Gelée.

Que reste-t-il,
Hélas ! de cet élan ?
La gueule béante édentée
de l'Arctique lunaire
Et moi.

Lorsque le dégel viendra
Que verra-t-on sous mes doigts pourpres ?
Je baisse le regard, et mes paupières,
Membranes de glace,
S'émiettent et tombent
Sur mon visage couvert de givre.

Les lignes de champ
Coulent par mon corps,
Et mes yeux, pour toujours
Rivés là-haut,
Contemplent l'intemporel.

Allongé sur la banquise
Je regarde le ciel dériver
Et les montagnes grandir

Sous mes yeux
Se déroule
Un hiver
Eternel
Enterrant
Sous la neige
Mon cadavre.